La légende d’Oguri-Hangan et de la princesse Teruté

La légende d’Oguri-Hangan constitue quelque chose de spécial pour Fujisawa. Dans les estampes ukiyo-e, Fujisawa a souvent été représenté avec des thèmes de la légende d’Oguri. Du fait du lien profond entre le temple Yugyō-ji et la “légende d’Oguri-Hangan et de la princesse Teruté”, il y avait même l’expression « Qui dit Fujisawa, dit Oguri-Hangan ». De même, Oguri-Hangan, la princesse Teruté et le cheval légendaire Onikagé apparaissent souvent dans les “Cinquante-trois étapes du Tōkaidō”. Le kusazō-shi (livre illustré avec narration et dialogues) “Iromoyoshi Yukari no Fujisawa”, écrit par Ryūtei Tanehiko et illustré par Utagawa Kunisada (publié en 1811, Bunsei 4), est un exemple d’ouvrage mettant en scène la légende d’Oguri-Hangan.
1. Dans l’estampe “Cinquante-trois étapes du Tōkaidō - Oguri-Hangan à Fujisawa”, d’Utagawa Kunisada, l’artiste a représenté un acteur populaire qui jouait le personnage principal d’une pièce de kabuki, et a placé derrière lui une vue des environs du relais de Fujisawa. Les oeuvres de ce style étaient appelées “Yakusha Mitate Tōkaidō”, que l’on pourrait traduire par “acteurs mis en scène dans les 53 relais du Tōkaidō”.
2. La série Sōhitsu Gojūsan Tsugi (“Cinquante-trois étapes du Tōkaidō co-dessinées”) a été réalisée conjointement par Utagawa Kunisada et Utagawa Hiroshige, les deux artistes d’ukiyo-e les plus populaires de l’époque. Cette estampe, “Cinquante-trois étapes du Tōkaidō - Fujisawa”, représente une femme tirant un chariot. Ce thème est directement inspiré de celui de la pièce de Kabuki et de Jōruri (théâtre de marionnettes) “La princesse Teruté tirant un chariot”.
3. La série “Cinquante-trois étapes du Tōkaidō” d’Utagawa Yoshikazu dépeint de façon humoristique les récits et légendes liés aux différents relais. Dans cette estampe relative à Fujisawa, un jeune samouraï joue au Go avec un cheval. Cette image suggère la scène Onikage Jōba no Dan (“à cheval sur Onikagé”) de la Légende d’Oguri-Hangan et de la princesse Teruté, et on peut penser que la femme à côté d’eux est la princesse Teruté. Il est amusant que le yukata (kimono léger) du cheval représente un motif de mors.
La légende d’Oguri, à travers laquelle toutes sortes d’histoires et anecdotes se propagèrent dans l’ensemble du Japon initialement en tant que “sekkyō-bushi” (littéralement “ballades-sermons”), se retrouve également avec des sujets très variés dans le monde des ukiyo-e.

ukiyoe

(à gauche) 1. Kunisada Utagawa (Utagawa Toyokuni III) : “Cinquante-trois étapes du Tōkaidō - Fujisawa, Oguri-Hangan” (série des “acteurs mis en scène dans les 53 relais du Tōkaidō”)
(à droite) 2. Utagawa Hiroshige et Utagawa Kunisada (Utagawa Toyokuni III) : “Les cinquante-trois étapes du Tōkaidō - Fujisawa”

ukiyoe

3. Utagawa Yoshikazu : “Fujisawa”, extrait des “Cinquante-trois étapes du Tōkaidō”